Un blog français sur le phénomène Divergent, aussi passionnant que passionné.

Veronica parle d’Allegiant avec Sugarscape! *SPOILER ALERT!*


veronicasugarscape

/!\ Attention, l’interview contient beaucoup de spoiler! /!\

Bonjour Veronica. Alors, qu’est-ce que ça fait qu’Allegiant soit enfin sortie?

C’est une sorte de soulagement mais c’est un peu effrayant en même temps, je trouve qu’elle a été beauoup controversé!

La fin n’était certainement pas ce que beaucoup de fans attendaient – comment avez-vous trouvé cette réaction?

Je veux dire, je pense que j’ai toujours su qu’il y aurait une réaction mitigée, peu importe la fin, donc je m’y attendais, mais je suppose que je ne m’attendais pas à cette intensité de réaction. J’ai trouvé que lors des événements, les réactions étaient entièrement positive puis sur internet il y a beaucoup de négatif, donc ça s’équilibre un peu pour moi.

D’un point de vue personnel, parce que nous sommes si attachés à Tris et Quatre et ce qu’ils ont ensemble, c’était une énorme clé émotionnelle, mais en même temps, vous pouvez totalement comprendre pourquoi c’est arrivé…

On aurait dit que les gens le vivaient comme une mort, simplement parce que leur première réaction était la colère et puis après il y a une sorte de dépression et ensuite l’acceptation ou quelque chose, comme le processus du deuil pour passer à autre chose.

La première fois que vous vous êtes assis et que vous avez commencé Divergent, aviez-vous toujours cette fin en tête ou est-ce quelque chose qui est venu en tête plus tard?

Eh bien, j’ai écrit Divergent de manière aveugle, sans aucun plan, donc je ne l’ai pas prévu dès la première page que ce serait une trilogie parce que je ne savais pas ce que serait le livre. Mais après que j’ai écrit la première ébauche de Divergent et quand le livre est paru, je me rappelle avoir parlé à mon éditeur de comment je voulais finir la trilogie parce que l’éditeur a dit:  » Vous savez, avez-vous d’autres livres de prévus? » J’ai dis, « C’est ainsi que je pense le finir », et elle a dit: « Ne le dites à personnes! »

C’était sa réaction. Donc c’était vraiment une partie du plan, bien que je ne savais si j’allais m’y tenir parce que j’essaie de ne pas rester à mes idées à la ligne près pour ne pas a avoir sacrifier l’histoire. Puis je m’y rapprocher de plus en plus vers la fin et je me disais que c’était la bonne option, la seule option.

Nous le comprenons tout à fait, mais ça a du être très difficile pour vous, de faire ça aux personnages que, visiblement, vous adorez.

Oh oui, ça a été très dur pour moi aussi. Je continue à me dire, comment puis-je la sauver? Vous savez, comment puis-je arranger ça? Et à chaque fois que j’essayais, c’était comme un mensonge, c’est juste que peut-être, ce n’est pas donner suffisamment de crédit à mes lecteurs ou de d’en donner assez à mes personnages.

Dans le genre jeune adulte, c’est non traditionnelle de finir les choses de cette manière. Très souvent, les choses finissent bien et ensemble comme au début. Aviez-vous l’impression que c’était important de le faire, de romprer cela ou c’était juste comme cela que ça devait finir?

Non, je veux dire, je n’essayais pas d’être différent ou quelque chose comme ça, j’avais mis en place chaque livre avec la même structure, c’est pourquoi cela se termine par un presque sacrifice de Tris qui essaie de retrouver sa place chez les Altruistes et ensuite chaque fois cela ne fonctionnait pas parce qu’elle ne le comprenait pas. Puis dans le troisième livre quand elle l’a finalement compris, j’ai senti qu’elle était mature et que toute sa lutte était finis, comme sa lutte interne, je pense que c’est la seule façon de faire en sorte que ça marche pour elle ou pour lui rendre justice pour son combat, c’est que cela lui arrive.

Exactement, parce qu’elle est qui elle est, et elle ne laisserait jamais Caleb se sacrifier – peu importe ce qu’il a fait dans le passé. Surtout après Will et comment elle se sentait par la suite.

Exactement, c’est tellement mal! Les scènes qui ont précédé, je me demandais « Est-ce qu’elle va le faire? » Puis « Non, elle ne peut pas! Il n’y a pas moyen qu’elle le fasse. » Comme si, ce n’était pas raccord avec son personnage de la laisser le faire.

 

Au niveau de la série, l’idée de génétiquement pur VS. génétiquement endommagées et la perfection de la nature humaine est un thème très intéressant. Est-ce quelque chose que vous avez consciemment découvert?

 

Je suis juste tombé dessus. J’écrivais le Monde Extérieur et c’est apparu de nulle part. Ce que j’ai trouvé très attrayant c’est qu’a travers tout la série j’essayais de comprendre ce que la Divergence était vraiment, comme tout le monde. Au moment où je suis arrivé au troisième livre je n’aimais pas vraiment la manière dont j’avais élevé Tris comme étant cette personne spécial, donc je me suis dit, « Ne serait-ce pas cool si la Divergence n’était en réalité rien? » Comme si, c’était juste ce que les gens croyaient et les gens mettent autant d’importance dans cette chose qui n’existait pas vraiment, parce que je pense que les gens le ferraient.

 

J’aime que Tris soit aussi insistante sur le fait que tout le monde est égal, parce que ça me paressait juste, qu’elle viennent directement à cette conclusion une fois qu’elle découvre que Tobias n’est pas Divergent – peu importe ce que cela veut dire désormais – qu’elle soit juste, « Eh bien non, cela ne veut pas dire que quelque chose a changé.  »

 

Quel est le personnage sur lequel vous avez préféré écrire?

 

Tris est ma préféré! Je ne peux pas m’y empêcher mais j’ai vraiment commencé à aimer Caleb et Evelyn dans le dernier livre. Ils ont juste donné vie aux pages à chaque fois qu’ils étaient présents et j’ai été heureuse de voir ce que allait faire donc j’ai commencé à les aimer. J’ai aussi beaucoup aimé Tobias, mais j’ai eu du mal à rendre sa voix distincte, j’ai écrit d’une certaine manière et j’ai essayé de me pousser mais c’était très difficile, c’était un grand défi pour moi.

 

Evelyn est un grand personnage. Nous avons vraiment aimé que sa réaction de vivre chez les Altruistes et la façon dont Marcus l’a traitée, l’a presque transformé. Allez vers le côté tyrannique des choses.

 

Eh bien, c’est comme quand vous réagissez de manière contraire à quelque chose, cela vous contrôle toujours, donc vous êtes encore l’organisateur de leur monde entier dans le cadre de cette chose. Je pense que c’est Marcus pour elle.

 

Si vous deviez prendre un personnage de la série et écrire de nouveau sur eux dans une histoire différente, qui choisiriez-vous?

 

Oh, je ne sais pas, je suis un peu en train de le faire qavec les histoires de Quatre, qui ont été vraiment amusante, très amusante. Donc, je ne sais pas, je suppose que je voudrais écrire sur un des parents parce que je trouve que leur génération est très intéressante. Mais je ne sais pas si je vais faire quelque chose d’autre.

 

Si vous étiez dans une faction, dans laquelle seriez-vous?

 

Aucune d’entre elle me semble attrayant désormais, mais les Altruistes est problablement celle que je choisirais même si je pense que je serais probablement recalé par la suite, peut-être après un an ou deux.

 

Vous finirez sans-faction?

 

Oui, c’est ça. Je veux dire, ils ont une existence de merde, mais au moins ils font ce qu’ils ont envie, sont ceux qu’ils veulent, donc il y a quelque chose de cool à leur sujet.

Source: Sugarscape

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s