Un blog français sur le phénomène Divergent, aussi passionnant que passionné.

Divergent dans Total Film Magazine

totalmagazine totalmagazine2 totalmagazine3

Total Film est tapi dans l’obscurité dans les studios Cinescape à Chicago en train de regarder Shailene Woodley et Theo James se faisant écraser dans une boîte d’aluminium rétrécissante. Alors que les murs se referment, les membres du duo s’enlacent et ils sont hors d’haleine alors que l’espace se fait étouffant. Nous savons ce qu’ils ressentent. Il fait lourd et renfermé dans l’ancienne bâtiment d’aciérie grâce à la tempête de rassemblement (une tornade est sur le point de toucher la ville) et les tensions sont fortes sur le plateau de ce qui pourrait être le nid des Hunger Games. Pas moins parce que les conditions météorologiques réduit le temps de tournage du jour et la boîte (les côtés rapprochés dans un mode lo-tech par un électricien) ne se comporte pas parfaitement, mais aussi parce que le réalisateur Neil Burger et ses fils doivent trouver le parfait mélange de sexe et de danger pour faire que ce film fasse décoller le public – et conduise au plan de trois films prévu pour la franchise.

Basé sur le best-seller de Veronica Roth, Divergent se situe à 150 ans dans le futur apocalyptique, où les gens sont divisés en factions en fonction de leurs traits de personnalité. Mais si Tris (Woodley) âgée de 16 ans avait les traits de toutes les factions et était « Divergent »? Cela la renderai dangereuse pour la tête du gouvernement par duplicité Jeanine (Winslet), qui gouverne par une méthode impitoyable de diviser pour régner..

Aussi aimé par les fans comme Twilight et The Hunger Games, Divergent regorge de combat, la peur des défis (cette boîte étant le défi de surmonter l’horreur des petits endroits) et la guerre dystopique et la mort, mais surtout, il y a quelque chose en plus ici que ni Stephenie Meyer ni Suzanne Collins a offert dans leurs histoires; bon, luxure tangible, la charge sexuelle. Le Quatre de Theo n’est pas un vampire ou un ami de district qui ne fait rien – il est sexy, sensuelle, et la tension entre lui et Woodley devrait crépiter.

« Je suis en sueur et sexy, » ronronne James, en gardant son accent américain entre les prises alors qu’il rejoint TF pour contempler la scène, le duo vient de tourner. Assis près de sa co-star, finissant ses phrases et la complimente constamment, l’alchimie semble être apparente que ce soit hors ou à l’écran. Donc… Total Film, est-ce que ce noueau monde est plus chaud que The Hunger Games?

« Je pense que c’est sexy parce que c’est comparable, » sourit Woodley avant de tourner rapidement la conversation vers l’action, « Je veux dire, de toute évidence c’est un futur dystopique exagéré… »

Et celui qui a insisté pour tourner à Chicago, tout comme le livre la détaillé. Ce qui signifie que Woodley et James ont filmé des scènes sur la célèbre grande roue Navy Pier de la ville, au-dessus des trains, et à portée de vue de la Willis Towter – tout révêtus pour sembler en détresse, en ruine et usagé.

« L’ambiance est cette sensation industrielle, » dit James. « Il y a cette essence que soupoudre tout le film.  » Ouais, et la tension sexuelle…

(Transcription de DivergentLife )

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s