Un blog français sur le phénomène Divergent, aussi passionnant que passionné.

Teen sur le tournage de Divergent et interview de Shailene Woodley, Theo James et Neil Burger!

Alors que les fans sites américain viennent de révélé une interview de Shailene et Zoë lors de leurs visite du tournage, Teen a lui aussi été sur le tournage du film et il révèle aujourd’hui une interview de Shailene Woodley , Theo James et Neil Burger!

Vous sentez-vous sous pression sur le fait d’être la prochaine héroïne des jeunes adultes?

Shailene: Non, je pense que si j’y pensais je deviendrai folle. C’est drôle parce qu’il est basé sur le livre, mais le film que nous faisons est très différent du livre sur plusieurs points. Donc, il semblerait qu’il y ait un pont ou un fossé entre les deux. C’est difficile de les associer entre la fan base, tout le monde stresse à ce sujet mais je ne fais pas attenton à ça. Je suis loin de ce monde.
Theo: C’est vrai, vous devez l’être [loin de ce monde] parce que vous ne pouvez pas être influencé parce ce qui se passe, vous voulez être concentré sur le matériel de toute évidence, parce que c’est de là que vient l’histoire. Vous devez aussi faire vos propre chose, vos propre message et votre propre interprétation.

J’ai interviewé Veronica Roth récemment et elle m’a dit que vous, Theo, ressemblait le plus à la vision qu’elle avait quand elle écrivait. Qui diriez-vous, quand vous les avez vu dans le personnage pour la première fois, ressemblait le plus à ce que vous aviez imaginé?

TJ: C’est une bonne question. Je pensais que ce casting était vraiment bon, je sais que c’est ce que je suis censé dire. Mais je pense que ces choses peuvent prendre deux directions et je pense que A, ils ont fait un choix vraiment intelligent avec Shai parce qu’elle est forte, puis il y a son émotivité qui est vraiment attachante mais pas d’une manière faible, plutôt d’une manière complexe. Puis, quand j’ai vu Miles, j’ai pensé qu’il était parfait pour le rôle parce qu’il n’est pas seulement un mauvais gars, il a une complexité en lui que vous aimez. Il n’est pas juste ce méchant qui fait des remarques désobligeants à Shai, c’est un personnage plus arrondi parce que c’est un bon acteur et parce qu’il y un a bon casting. Puis Ray (Stevenson aka Marcus Eaton) était cool parce que ce grand mec, il est un peu sombre, il mesure 1m95.
SW: Il vous intimide, vous avez l’impression qu’il pourrait vraiment vous gifler avec sa ceinture.
TJ: Sexuellement intimidant, oui. Non, je pensais qu’il devait l’être, avoir ce genre d’emprise sur le personnage de Quatre, il avait besoin d’être quelqu’un avec une force redoutable ou quelque chose en lui. Ce sont les trois qui fleurissent dans ma tête.

Parlons du paysage des peurs, pour le moment c’est seulement ce qu’on en a lu. Le premier est un chien, est-ce que ça va être un vrai chien ou un chien virtuel?

SW: C’est une bonne question, je n’en ai aucune idée, nous n’avons pas encore fait de scènes sur les paysages des peurs.
TJ: C’est un vrai chien, nous avons réussi à en tuer 10, puis les autorités m’ont attrapés.

De quelle manière le film est différent du livre?
SW: C’est différent dans le sens où le livre fait quoi? 400 pages? Le script fait 90 pages et il y a certaines choses dans le livre qui ne serait pas logique d’une manière théâtrale et nous avons dû changer la manière de présenter certaines choses parce que ça ne tenait pas la route.
TJ: Je pense aussi que qu’on devrait parler de l’âge. Du moins, la logique qui y a conduit, l’âge n’est pas précisé. Je pense à, Quatre par exemple, pour qu’il ai une expérience en tant que leader et en tant que quelqu’un qui a un haut niveau de compétence, le fossé de deux ans, le fait qu’il les ai rejoint il y a deux ans, et qu’il soit devenu une telle légende, je pense que c’est plus censé de dire qu’il a été là depuis plus longtemps, quelques années de plus. Mais cela signifie qu’il a plus d’expérience que les novices qui viennent d’arriver.

Certains des changement, comme par exemple, dans le livre, Quatre ne dit pas vraiment que Tris est belle, c’est beaucoup plus subtil, il se pense et essaie d’être plus secrèt à ce sujet. Est-ce que ça vous dérange ou vous aimez cette différence?

SW: Ca doit être différent. Je veux dire, il y a quelques trucs du livre qui me manque, je pense que leur relation dans le livre est un peu différente. Mais évidemment, il y a seulement un certain nombre de scènes que nous pouvons jouer dans le film et nous avons dû prendre les plus importants. Donc, l’arc de Tris et Quatre, je ne pense pas que c’est…
TJ: Vous avez moins de temps pour….
SW: Etablir les petites nucances. Mais c’est bon les gars, ne vous inquiétez pas, c’est bon.

Je voudrais savoir, si la scène où Tris regarde le dos de Quatre est présent dans le film?

TJ: Oui, cette scène y est. C’est une scène importante pour nous aussi, parce que c’est..
SW: Le point tournant.
TJ: Oui, et la chose la plus important à propos de leurs relation, au début, c’est qu’ils ne tombent pas tout d’un coup amoureux. Je veux dire, ils le sont un peu dès qu’ils se voient, mais ils ont ces petites disputes parce qu’il essaie de garder cette autorité et elle est en train de se découvrir donc ça revient et ça repart. Puis dans le deuxième livre, ça arrive aussi, ils sont toujours ensemble, leur amour est très puissant, mais en même temps, il y a aussi toutes les autres choses qui se passent, qui je pense, dont plus intéressante. Mais cette scène clé se trouve dans le film.
SW: L’un des principaux aspects qui m’a attiré à propos de Divergent, était leur relation. Ce n’est pas une de ces relations d’adolescente dramatiques où il y a un coup de foudre et où elle se pavane devant lui, et il est là avec elle, puis il part et elle lui court après. Il n’y a pas de drame, j’ai l’impression que c’est très réel et très personnelle et réaliste, et que ça correspond à beaucoup de relations.
TJ: Il y a probablement des drames mais je ne comprends pas ce que vous voulais dire.
SW: Bien sûr il est a des drames mais c’est très diffèrent de la relation Bella/Edward. Ils sont complètement à l’opposé sur le spectre.
TJ: Oui, dirais de même pour le personnage de Quatre que j’aime, quand il est sur la grande roue et qu’elle dit: « As tu le vertige? » et il est comme  » oui, putain, j’ai le vertige » mais il y a un moyen de contourner le problème et ensuite il en parle. Il n’a pas de problème avec sa masculinité Il est à l’aise avec sa masculinité afin qu’il puisse aussi être vulnérable.

Après avoir lu le deuxième livre, est-ce que ça a changé votre façon de joué vos personnages?

TJ: Après avoir lu le deuxième livre? Je pense que oui, Ce n’est pas vraiment des changement mais des complement. Je pense que le meilleur moyen de devnir un personnage est par osmose par opposition à pensé directement aux choses. Le plus d’histoire vous avez et le plus vous comprennez, alors plus votre personnage et la comprehension de votre personnage sera complexe. Donc oui ça m’a infomrer mais ça m’a juste donné une histoire plus riche donc je savais exactement d’ou il venait, l’obscutrité, les problèmes, ce genre de chose.

C’est à partir de maintenant que le réalisateur de Divergent, Neil Berger rejoint la conversation.

Est ce qu’il y a une scène que vous n’avez pas encore tourné dont vous êtes intimidés?

Neil: Oui, elles sont toutes intimidantes dans un sens. Il y a la scène de la céremonie du choix, qui est énorme et il y a Kate Winslet et vous savez ça va être un grand match de catch avec 700 figurants et beaucoup de bon acteurs essayant de tout faire fonctionner. Puis tout dans un espace vraiment très petit pour eux. Puis, il y a la scène final où Theo et Shailene combattent et juste de faire ça en final et de finir après ça sur un truc grandiose. Tout cela, le combat et puis la façon dont ils diffusent le SIM à la fin, et juste de faire ça ressembler à quelque chose de grand et climatique.

Comment faite vous ce film sans savoir comment le 3ème livre se termine?

NB: Comment je fais ça? Je connais un peu la fin actuellement et je pense juste assez pour savoir que nous ne sommes pas sur le mauvais chemin avec tous les personnages.

Neil, qu’est ce qui vous a attiré à faire cette histoire spécifiquement? Et aussi qu’est que vous espérez apporter au film qui le différenciera des autres films pour jeunes adultes qui sont déjà sortie?

NB: Eh bien, je voulais faire les choses différemment. Je veux dire que c’était l’une des choses et j’étais comme  » Est ce que ça va être un autre de ces films? » Certains d’eux sont vraiment bien, mais je voulais quelque chose de diffèrent. Nous avons vu beaucoup de films post-apocalyptiques, nous avons vu ces autres films pour jeunes adultes. Donc j’ai juste pensé qu’il y avait un moyen de le faire d’une manière plus cinématographique, visuellement, et dans un sens plus réelle. Pour revenir à votre première question, c’est ce que j’ai vraiment aimé, c’éait vraiment à propos de la nature humaine, De quoi êtes-vous faits? A qui êtes-vous fidèle? Qui êtes-vous? Et j’aime ça, j’ai vraiment aimé le voyage qu’elle a commencé comme la personne qui ne sait pas où elle appartient. Elle avait des idées de l’endroit où elle devait être mais est-ce que c’est un caprice? Ou est-ce qu’elle espère qu’elle est quelque chose qu’elle n’est pas? Puis elle est bien dans sa peau. Donc j’ai aimé ce voyage, j’ai senti que c’était comme une histoire vraiment grandiose, et j’ai aimé que ces idées étaient vraiment bien attachés à l’action.

C’est assez violent aussi, bien sûr vous visez de le déconseiller au moins de 13 ans plutôt que de le déconseiller au moins de 17 ans donc y-a-t-il certaines choses que vous avez dû atténuer ou insinuer plutôt que de le montrer directement?

NB: Oui, je pense que la violence est moins sur le fait de prendre un coup de poing ou des éclaboussures de sang. C’est plus sur la situation pénible où vous devez intervenir sur le ring pour la première fois et vous devez vous battre avec quelqu’un quand vous n’avez rien à faire sur ce ring. Il y a une sentiment de violence de façon emotionelle, avec ses parents qui sont tués, c’est moins sur le fait de comment ils sont morts et sur le fait qu’il sont vraiment mort et que c’est vraiment inqiétant, boulversant et intense.

Comment avez-vous approchez le film visuellement?

NB: Nous voulions faire quelque chose de plus réel, pas cru d’une manière courageuse, mais brut de façon immédiate et intime. Donc l’une des choses que nous voulions faire, c’était de tourner dans les rues de Chicago et nous ne voulions pas de paysages par infographie ou des paysages numériques. Donc j’ai pensé que le livre est mis en place à Chicago et Chicago est un lieu monumental, pourquoi ne pas l’utiliser? C’est le paysage, il est déjà là, rajouter ou enlever quelques bâtiments qui ont disparu pendant la guerre. C’est à peu près la même chose. Donc, l’idée de tourner un film qui prend place dans le futur mais dans les rues qui ont l’air si familières. D’une certaine façon, si vous pensez à New York, même à New York il y a 80 ans ressemble à ce qui est maintenant. Le style des voitures étaient différents mais c’est toujours quatre pneus en caoutchour sur de l’asphalte. Donc, j’ai pensé que c’était cool de tourner là-bas, comme de la photographie, mais les rues ont 150 ans de plus. Donc, prendre ce réalisme et ajouter tout ça, pour le rendre vraiment immédiat et intime avec les personnages. Puis aussi, quand vous voyez les films apocalyptiques, il y a toujours beaucoup de gris et bleu, de la tristesse et nous ne voulions pas faire comme 1984 ou Children of Men. Nous voulions le faire de manière à ce qu’elle ne veuille pas faire partie du système, qu’elle y croit, je veux que le public y croit aussi. Ils devraient vouloir qu’elle soit en dehors du système. Si c’est trop sombre dès le début, alors vous êtes « vous faites une grosse erreur dès le début. » En fait, quand toute la société veut qu’elle trouve ça place, puis elle part chez les Audacieux et c’est libérateur pour elle. Donc, je voulais ces lieux, la société et les Audacieu en particulier, d’être en quelque sort lumineux. C’est pourquoi nous faisons de l’éclairage, l’ensemble de la Fosse fait de marbre blanc à la place de pierre gris, noir ou brun, pour le rendre lumineux ou porteur de luminère d’une certaine manière. Donc c’est quelques trucs que nous faisons qui rend le film différents des autres films post-apocalyptiques.

 

Source: Teen

Publicités

2 Réponses

  1. CAILLOUX

    Est ce que TJ et SW (désolée si j’abrège) sont déjà sorti ensemble . Merci
    Cordialement .

    octobre 21, 2014 à 7:42

    • Bonsoir,

      Non ils ne sont jamais sortis ensemble, ou pas officiellement, ils sont seulement bons amis.

      Bonne soirée,
      Cordialement.

      octobre 21, 2014 à 7:52

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s